Vendredi 15 août 2014 5 15 /08 /Août /2014 16:27

Boue5.jpg

 

La Route du Rock 2014 - Vendredi 14 Août

 

L’Apocalypse. Hier soir, le Fort St Père s’est transformé en terre du Jugement Dernier. J’ai vu la pluie s’abattre en trombes sur les fidèles, j’ai vu des litres de boue faire disparaître des tentes, j’ai vu des regards errants prier St Erwan pour que tout cela cesse, le corps à mi-cuisses dans une fange diabolique.

 

Pardonnez-leur, St Père, ils ne savent pas ce qu’ils font. Quel blasphème a été prononcé, quelle impureté commise pour être punis de la sorte ?

 

C’est en arrivant au camping vers 18h00 que l’on pouvait mesurer l’horreur de la situation : des tentes montées à la vite pendant le déluge, des hipsters blêmes en mocassin, et la plus grande collection au monde de bottes. Voilà, c’est ça, hier la Route du Rock est devenue le salon international de la botte. Des petites, des grandes, des vertes, des jaunes. Jamais une paire d’Aigle ou de Timberland n’avait eu une telle valeur symbolique qu’hier soir. Les branchouilles pouvaient ranger leur Wayfarer, la botte était devenu la It-Shoes. Celle qui permettait par exemple de rejoindre sereinement Angel Olsen sur la petite scène sans risquer l’Aquaplaning. Pour une performance, certes un peu scolaire et très proche du disque, mais qui pouvait séduire les premiers festivaliers.

 

 La soirée était lancée, et on a même cru à l’oracle mystique pendant The War On Drugs quand soleil et pluie ont tracé un bel arc en ciel au dessus de la Grande Scène. Quand vous savez que le nom du chanteur est Granduciel, cela laisse songeur. Quelques morceaux irrésistibles et puissants emmenés par un chant aux accents parfois dylaniens, mais aussi quelques passages plus approximatifs.

 

 La première grosse déception nous vint de Kurt Vile, déroulant un set chiant comme…la pluie. Gros son, quelques soubresauts d’intensité, mais dans l’ensemble des plans trop formatés ou sont passées trop peu d’éclaircies. Oh yeah.

 

Pour l’énergie, il fallait aller chercher du côté du set nerveux et très efficace (quoi qu’un peu trop court à mon goût) du rock-garage des Thee Oh Sees, puis de la folie branleuse de Fat White Family qui parvint à faire décoller le public et le réchauffer un petit peu. Ce qui, dans une pataugeoire sans cesse réhydratée, n’était pas une mince affaire.

 

C’est trempés et frigorifiés que les spectateurs ont patienté pour un autre événement de la soirée très attendu : Caribou. Pour une demi déception. Servis par un son dégueulasse, le canadien a mis du temps à trouver son rythme de croisière, et seules les 20 dernières minutes se sont montrées réellement concluantes. On peut dire à ce titre qu’hier soir, Caribou avait pris trop d’élan.

 

Détrempés et épuisés, les derniers (courageux) festivaliers ont été récompensés par la prestation très convaincante de Darkside, adaptant très efficacement son electro-blues lunaire pour la Grande Scène. A (re)voir.

 

Hagards et fourbus, fouettés par les averses, les festivaliers ont pu retrouver leurs pénates.  Hier La Route du Rock a commencé en botté. St Père si tu m’entends, nous avons compris ton message. Dès aujourd’hui nous boirons moins de bières coupés à l’eau, et mangerons sainement. Alors, pardonnez nos erreurs, lavez (à sec) nos pêchés, et par pitié, laissez nous voir Anna Calvi, Portishead, ou Moderat au chaud.  

Par Johann - Publié dans : Plein les yeux plein les oreilles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 13 août 2014 3 13 /08 /Août /2014 17:42

10615592_787840101236031_6292501050320431641_n.jpg

 

La Route du Rock 2014 # 2

 

La Route du Rock est un festival extraordinaire. Au sens propre : qui sort de l'ordinaire, du commun. C'est ce qui fait sa force, mais aussi ce qui lui vaut parfois des critiques acerbes : trop élitiste, trop snob, trop confidentiel, etc... C'est vrai que si l'on compare avec les grands raouts que sont les Charrues ou Rock en Seine, La Route du Rock fait figure de colloque monacal pour éjaculateurs tardifs. Ici pas de Stromae ou de Shaka Ponk. Certaines années, même les têtes d'affiche laissent ma mère pantoise (oui ma maman est pour moi une espèce de repère entre succès d'estime et explosion médiatique : elle connait -M- mais Portishead pas sûr...). J'ai vu des festivaliers aguerris blêmir devant la sélection malouine, retournant dans tous les sens le programme des fois qu'un Zebda se serait perdu dans une des pages. Voilà c'est comme ça : La Route du Rock se démarque des autres festivals par son radicalisme exigeant. Au risque parfois d'y laisser sa peau : l'édition 2012 loin d'avoir fait le plein, avait mis les compteurs dans le rouge, heureusement rattrapée par une excellente session 2013. Equilibre fragile d'une équipe qui a à coeur de défendre une actualité musicale qui ne fait pas forcément l'unanimité ou la une des magazines.

 

Il serait pourtant dommage d'en déduire que ce festival ne séduit que les spécialistes. Laissez-moi vous convaincre qu'un séjour à La Route du Rock vaut le coup :

 

St-Pere_2.jpg

 

1. Le site. Avant d'être le lieu d'une messe musicale annuelle, Le Fort St Père témoigne d'une histoire guerrière, défensive, héritage de Vauban, point stratégique des deux guerres mondiales. Venir à La Route Du Rock, c'est aussi l'occasion de revoir de façon ludique son Histoire de France.  Et puis, pour ceux qui resteraient plus d'une soirée, c'est aussi l'occasion de visiter St Malo, son Grand Bé, ses plages... Aussi beau qu'une modulation vocale d'Anna Calvi.

 

2406-connaissez-vous-tous-les-termes-du-570x0-1.jpg


2.  La Fashion Week. La mode vous intéresse ? Venir à La Route du Rock, c'est comme passer 72 heures en terrasse à observer les fluctuations de la mode. Moqueries, fascinations. Mais attention vous en faites partie : serez-vous hype, rétro, hipster ? Même la base jeans-t-shirt-converse fait sens. Ok, on peut aussi s'en foutre complètement.

 

routedurock_camping.jpeg

3. Le camping (bis). D'aucuns pensent que La Route du Rock est guindée. Faites donc un tour au camping : à 3h00 du mat' c'est la grande beuverie digne des meilleures heures aux Charrues. N'allez pas croire que l'élitisme musical empêche la disparition du soi par l'alcool. Camper à la Route du Rock, c'est vouloir ou subir les nuits sans heures, les matins au cognac, les réveils approximatifs. Rappelez-vous juste que vous dormirez à même le sol avec un sac de couchage mal ouvert.

 

PLAN_1_2013.jpg

4. L'organisation. Gratuit, gratuit, gratuit, ou presque. Dès que vous avez une place, La Route du Rock s'occupe du reste. Navettes gratuites toutes les 30mns pour faire des courses au Cora ou juste profiter de la plage. Aller-retour 12€ SNCF de n'importe où en Bretagne sur preuve d'achat. Que demande le peuple ?

 

La-Route-du-Rock---programme---2014.jpg

5. La programmation. Bien sûr vous pouvez faire l'impasse sur plusieurs artistes. Histoire de manger un bout, de passer en revue les offres de vinyles au stand dédié, de retrouver des potes. Mais si vous souhaitez profiter de la musique, cette sélection 2014 est encore irréprochable : Portishead, Slowdive, Anna Calvi, Caribou, Baxter Dury, Angel Olsen, Thee Oh Sees...

 

Au plaisir de vous retrouver au Fort St Père !

Par Johann - Publié dans : Plein les yeux plein les oreilles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 8 août 2014 5 08 /08 /Août /2014 15:12

VISUEL_PROGRAMMATION_RDRE2014_640X290.jpg

 

 

La route du Rock 2014  # 1

 

On ne parle jamais du festivalier solitaire. Celui qui décide bravement de se rendre à un festival alors que personne ne peut / veut l’accompagner. Parce qu’il en aime la programmation, parce que de toute façon il vient pour la musique. On sait tous les temps morts d’un festival, les moments sans. Comment faire en sorte de ne pas renvoyer l’image d’une âme en peine, comment trouver une contenance quand on n’a pour seul apparat qu’un téléphone qui laisse croire aux autres qu’on est connecté ? En somme, comment s’intégrer à un festival comme la Route du Rock quand on décide de l’entreprendre seul ? Euphonies propose quelques pistes :

 

  1. La solution hipster. Avant de vous rendre à St Malo, passez chez H&M. Achetez une chemise à carreau, une veste en jeans (dont vous retrousserez les manches) un chino, un chapeau, des copies Wayfarer, laissez vous pousser la barbe si vous êtes un homme, les cheveux si vous êtes une femme. Ne buvez que du champagne ou toute autre boisson qui ne soit pas de la bière coupée à l’eau. Et prenez un air dégagé devant Portishead (Vendredi15) en arguant qu’ils étaient bien meilleurs à Glastonbury en 2013. Succès garanti : si vous ne finissez pas la soirée avec au mieux une altermondialiste tatouée, au pire une bande de pédants qui devisent sur Slowdive ou Mac De Marco, c’est que vous avez raté quelque chose. Ah, dernière chose : ne dites pas que vous voulez voir Anna Calvi : sublime en concert, mais un peu trop mainstream pour vos nouveaux compagnons. Optez pour Angel Olsen, excellente elle aussi, mais beaucoup plus tendance.
  2. La solution camping. Si vous avez acheté une place pour la Route du rock, le camping vous est offert. Vous pouvez gratuitement poser votre tente à 500 mètres du site. C’est l’occasion de faire des rencontres. L’inconvénient c’est qu’il faut boire. Beaucoup. Tard le soir ou tôt le matin. Comme tout camping de festival, c’est la fête de la bière à Munich. Le bal des vampires au milieu de la nuit. Au mieux vous pourrez croiser le dj Julien Tiné dans sa tour d’ivoire qui vous proposera un tapis musical adapté à vos gueules de bois. Au pire, vous serez déjà en train de prendre l’apéro à 9h30 avec des anglais qui veulent absolument voir Baxter Dury à 21h. De toute façon vous serez saoul. Mais plus jamais seul.
  3. La solution plage. Si vous êtes réveillé(e) en fin de matinée, le 14,15,16 août, à la plage Bon Secours à St Malo Johnny Hawai, Aquaserge, Pegase seront les bande sons de vos siestes au soleil. Renseignez-vous bien sur ces groupes et le jour dit, posez nonchalamment votre serviette de plage près d’une brune aux longs cheveux noirs de jais ou d’un barbu à lunettes. Puis engagez l’air de rien la conversation sur l’album A l’amitié avant pourquoi pas d’échanger sur les prestations à ne pas rater ces trois jours : Caribou, Thee Oh Sees (jeudi 14) The Fat White Family, Moderat ou Metz  (vendredi 15) Todd Terje, Temples (samedi 16). Ca laisse de la marge non ?

 

Sinon vous pouvez aussi venir à deux, trois ou vingt. Le festival malouin est aussi une expérience collective, qui se partage pendant et après. C’est ce que vous proposera Euphonies, chaque lendemain, avec un report complet de cette 24ème édition de la Route du Rock. A bientôt !

 


Par Johann - Publié dans : Plein les yeux plein les oreilles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Playlist Art rock 2014

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Dans ma cabane une platine

Ebuzzing

http://labs.ebuzzing.fr

En boucles d'oreilles

1. Scott Matthews - Unlearned

2. Har Mar Superstar - Bye, bye 17

3. Junip - Junip

4. Nick Cave & The Bad Seeds - Push the sky away

5. Aline - Regarde le ciel

6. Fauve - e.p

7. Bumpkin Island - ten thousand nights

8. Hot Chip - In Our Heads

9.Bertand Belin - Parcs

10.Stromae - Racine Carrée

Et pour quelques titres de plus...

Suivez-moi sur Spotify

Extension du domaine...

Paperblog

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés